L’histoire des syndicats bulgares

Partager cette page

Des syndicats tout récents, malgré une longue histoire

Le mouvement syndical bulgare naît à la fin de la guerre russo-turque, en 1878. Les premiers à se syndiquer sont les enseignants, suivis des imprimeurs, qui entament une grève pour protester contre les bas salaires et les mauvaises conditions de travail. Par la suite, les travailleurs de différents secteurs s’unissent pour former des syndicats. Initialement associés aux partis socialistes, ils fusionnent en 1924 et proclament leur indépendance.

Après la « Révolution socialiste du 9 septembre 1944 », soutenue par le régime soviétique, le Front de la Patrie arrive au pouvoir et instaure une république populaire. Les biens privés sont nationalisés et les autres partis politiques, interdits. De nouveaux syndicats voient le jour et tous les travailleurs sont ralliés sous la bannière du Syndicat général des travailleurs, étroitement lié au parti communiste. Quelques lois pro-travailleurs sont adoptées à l’époque, et demeurent partiellement en vigueur aujourd’hui.

En 1987, une certaine autonomie est accordée aux syndicats, leur permettant de prendre en main leur destinée. Deux confédérations syndicales en résultent, la Confédération des syndicats indépendants bulgares (CITUB) et la Confédération du travail (CL Podkrepa), donnant un souffle nouveau au mouvement syndical bulgare. Malgré leur longue histoire, les syndicats bulgares sont donc tout récents.